15/09/2007

Les blogs: généralités

1. Peut-on écrire tout et n'importe quoi?

Le principe du blog est basé sur celui du journal intime quotidien. C'est un agenda sur un thème. A la différence près que ce "journal intime" utilise le moyen de diffusion le plus énorme connu. Ce qui amène au respect de quelques règles car NON, on n'écrit pas n'importe quoi sur n'importe quoi ou n'importe qui impunément. On risque bel et bien des poursuites judiciaires. Et, non, on n'efffacera pas tout d'un coup de baguette magique, les publications sur internet laissent des traces que vous ne maîtrisez pas.

Rappel de quelques règles générales à suivre:

le droit d'auteur (reprographie)

de la vie privée

du droit à l'image

du traitement confidentiel des données

de la non incitation à la haine raciale

du droit de réponse

2. A propos des blogs de journalistes

La tenue d'un blog par un journaliste lui permet de gérer une rubrique online et d'entrer en contact avec son lectorat. C'est une source de richesse pour trouver des infos complémentaires venant de gens sui sont sur le terrain. Cela permet aussi "d'écrire dans la marge".

Cela permet, dans le même esprit, de créer des dossiers (voir le blog du journal Le Soir sur Google mis en ligne au moment du procès sur le droit d'auteur) ou de mettre en exergue des textes avec de l'actualité chaude (cfr VW Forest, la crise du gouvernement belge 2007...) et de recueillir des réactions à vif.

Contrairement au "chat", le blog (ou le forum) permet aux e-lecteurs de venir s'exprimer quand il en a l'occasion. A son rythme. Ainsi, à la rédaction les chats sont organisés sur le temps de midi. Par contre les blogs s'animent en soirée, voir la nuit.

3. Modérateur ou non?

A noter qu'en fonction de l'existence ou non d'un modérateur, la législation n'est pas tout à fait identique. On peut passer d'éditeur à hébergeur ou producteur sans vraiment le savoir. Et pourtant les règles à respecter ne sont pas les mêmes.

Cependant, les raisons du choix sont plutôt d'ordre partique et la décision peut être prise sur le simple fait d'avoir les ressources en personnel suffisante pour assurer une modération. Il reste toujours la possibilité de la post-modération. Soit par l'envoi d'en email (ou tél, sms...) en situation d'abus. Mais les dérives restent assez nombreuses. Et, en pratique, il vaut mieux reprendre le contrôle sur des sujets sensibles (viols, disputes entre voisins, morsures de chiens, foot, immigration ...)

Quoiqu'il en soit, il faut toujours prévoir la possibilité de supprimer un commentaire.

4. Du côté de l'éditeur

Il élargit le contenu de son journal, il étoffe les matières proposées ET il dope les visites de ses sites. Comme les e-lecteurs participent, le bouche à oreille fonctionne. Un peu comme quand "regarde ce soir, je passe au JT!!!".

Il faut savoir que les blogs, forums, chats... sont cimés comme le reste des pages des sites internet.

Commercialement, on peut y mettre de la pub, mais dans un blog journaliste elle sera plutôt discrète et très ciblée. Ou l'internaute s'enfuit.

5. Hériarchisation de l'info

Elle est en triangle, avec une base qui correspond à la base de donnée, la tranche du milieu est le blog (enrichissement de la base de données avec les commentaires, les trackback...) et au-dessus le site web qui et le résultat final

20:47 Écrit par Christiane Turck dans Tout le cours | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.